Le Club de La Corbeille

Nous nous trouvons dans une situation inédite. Nous faisons face à une crise sanitaire qui entraîne un confinement général plus ou moins strict à travers le monde et un blocage de l’économie. En a découlé une chute significative et brutale de la valeur des actions. Cette volatilité, si elle est compréhensible et fait peur, semble également susciter l’intérêt d’un grand nombre d’investisseurs comme en témoignent les volumes de courtage et le nombre d’ouvertures de comptes-titres et PEA en pleine explosion chez les particuliers. Je vous donne donc ici ma vision et mon idée quant à la question : Les cours actuels constituent-ils une opportunité d’investissement ?

L’économie est à l’arrêt pour de nombreux secteurs. Les cours des actions ont chuté de manière générale, mais pas tous de la même façon. Une crise pétrolière liée à un désaccord entre l’Arabie Saoudite et la Russie est venue se greffer à la situation, entraînant une forte baisse des prix du pétrole renforçant la pression sur certaines entreprises.

De ce côté les choses semblent s’améliorer, avec Donald TRUMP qui a, a priori, réussi à négocier avec les différentes parties pour obtenir une limitation de la production entraînant un rebond significatif des cours (de plus bas à 19,25$ à 27$ à l’heure actuelle pour le WTI).

Les marchés actions se sont quant à eux éloignés du point bas qu’ils marquaient en mars (3600 / 3700 points pour le CAC 40).

Les publications de statistiques économiques sont impressionnantes, mais sont selon moi à nuancer en tenant bien compte du contexte exceptionnel et temporaire de la situation. Les Etats-Unis affichent par exemple un taux de chômage passant de 3,3% à 4,4% entre février et mars et 10 millions de demandes d’allocations au chômage supplémentaires en quelques semaines. Le développement du virus y est en pleine explosion, laissant entrevoir plusieurs semaines, voire quelques mois de blocage / confinement (qu’il soit total ou partiel).

Si en Asie l’économie reprend doucement, la méfiance vis-à-vis des chiffres et statistiques publiés par la Chine tant en matière sanitaire que financière entrave quelque peu un retour à la confiance de ce côté, en plus d’une crainte d’une seconde vague de contamination potentielle.

L’Europe est maintenant confinée depuis des semaines, et l’Italie montre des signes d’amélioration faisant penser que le pic est peut-être atteint. Si les autres pays suivent cette direction au fil des prochains jours, voire prochaines semaines, cela pourrait permettre de se tourner vers l’avenir et vers le déconfinement.

Les banques centrales ont mis en place des conditions monétaires très accommodantes pour rassurer et éviter les faillites. Si l’activité repart, ces conditions pourraient alimenter le rebond au fil des prochains mois (à partir de juin ?). Les bourses étant dans l’anticipation, et l’actionnaire étant par essence tourné vers les profits futurs, il pourrait y avoir des hausses significatives sur les actions de belles sociétés actuellement divisées par deux ou trois. Mais tant que la situation est bloquée et que nous n’avons pas de visibilité, la volatilité et le manque de repères demeurent et me semblent plutôt propices à l’attentisme.

Vidéos et articles intéressants :

William De Vijlder, Directeur de la Recherche Economique du Groupe BNP Paribas :  Covid-19 : de l’atténuation des conséquences à la stimulation de la croissance.
Visio conférence de Marc Fiorentino :  La crise, l'économie et votre argent.
François Lenglet :  Les marchés tentent un rebond mais la saison des tempêtes n'est pas terminée !
David Jacquot sur Boursorama.com :  Coronavirus : à quand le point bas des indices boursiers ?
Patrick Artus :  Le rebond boursier me semble un peu tôt par rapport au cycle de la maladie !


Ma vision personnelle (ceci ne constitue pas un conseil d’investissement) :

Mon avis personnel et mon sentiment penchent plutôt pour un rebond à moyen terme. Les prochains jours et prochaines semaines devraient rester volatils et la difficulté pour jouer un tel scénario sera de trouver le bon timing : ni trop tôt pour ne pas subir une nouvelle pression baissière, ni trop tard car le rebond pourrait se faire en grande partie rapidement, puis patiner, l’économie se confrontant à plusieurs difficultés générées par ce confinement et ce blocage de plusieurs mois de l’économie mondiale.

Quoi qu’il en soit il convient de bien mesurer le risque de la situation actuelle avant de prendre une décision. La crise que nous connaissons est conjoncturelle, et si les mesures de soutien permettent effectivement de repartir, un rattrapage semble probable. En revanche, il faudra surveiller le nombre de faillites d’entreprises : ceci pourrait amener à une dérive et à un problème structurel. La dynamique serait alors cassée, la confiance pourrait disparaître, ce qui pourrait être bien plus grave.

Voici donc mon point de vue et mon sentiment actuels. L’incertitude est grande et la première chose à surveiller sera la sortie de crise sanitaire.

J’espère vous avoir apporté quelques informations et éclaircissements à travers cet article.

Bon courage.