Je m’intéresse aux crypto monnaies depuis plusieurs années. La volatilité qui entoure ces actifs d’un nouveau genre a tendance à les marginaliser et à détourner l’attention de bon nombre d’investisseurs, repoussés par le risque. Cependant, il se pourrait que nous soyons à un tournant marquant de cette utopie, avec le projet Libra, lancé par Facebook qui s’est entouré de 27 entreprises internationales majeures de secteurs divers. Pour le moment chacune a apporté 10 millions de dollars (un Français figure dans la liste : Iliad, soit Free et Xavier NIEL).

Le Club de La Corbeille

Source de l’image :
https://www.macg.co/services/2019/06/avec-calibra-facebook-ouvre-libra-aux-cryptomonnaies-106555

Avec ses 2,3 milliards d’utilisateurs à travers le monde, Facebook détient un positionnement stratégique majeur et un niveau de connaissance de ses utilisateurs inédit grâce aux milliers de données que nous leur communiquons en utilisant leurs services. Les données (le big data) sont désormais au cœur de l’activité économique mondiale à tous les niveaux, et on les compare parfois au pétrole (carburant de la nouvelle économie dans laquelle le numérique et le digital sont de plus en plus présents.)

Ce positionnement privilégié leur permet un impact qui vient parfois concurrencer des fonctions historiquement assurées par les États. Par exemple, le siège social de Facebook étant basé aux Etats-Unis, comme la plupart des plates-formes et applications majeures, le droit et les habitudes en matière de censure ou de liberté d’expression se calquent sur ceux de ce pays, au détriment de ceux du pays de résidence des utilisateurs.

Le fait de lancer une monnaie privée (bien que décentralisée) d’un nouveau genre, serait un pas de plus dans cette concurrence, et concernerait ici une des fonctions régaliennes les plus importantes pour un État, ou d’un regroupement d’États dans le cadre de notre Union Européenne et de notre Banque Centrale Européenne, ce qui suscite débats et controverses.

Plusieurs États européens, dont la France, ont déjà indiqué que le Libra ne peut pas devenir une monnaie souveraine, en raison notamment des risques de blanchiment, d’atteintes à la sécurité, à la confidentialité des données personnelles.

Le Congrès américain demande à Facebook de mettre son projet en pause, le temps que les élus et les différents régulateurs puissent examiner et évaluer les risques pour les investisseurs, les consommateurs, les flux monétaires et commerciaux.

Toujours est-il que le projet est en marche, que des sommes d’argent conséquentes (plusieurs centaines de millions de dollars actuellement) sont déjà investies et qu’un agenda se dessine. De belles opportunités d’investissements pourraient se présenter lorsque les bases légales internationales auront été établies, à la suite des discussions en cours entre les États et les promoteurs du projet.

Date de sortie et d’utilisation concrète prévue : début 2020


Liste des entreprises participants actuellement au projet :

Services de paiements :

Visa
Mastercard
PayPal
Stripe
PayU
Mercado pago

Services et vente en ligne :

Uber
Lyft
Spotify
Calibra (filiale de Facebook)
Ebay
Booking holdings (Booking.com)
Farfetch

Telecoms :

Iliad (Free)
Vodafone

Acteurs des cryptomonnaies :

Coinbase
Xapo
BisonTrails
Anchorage

Fonds d'investissements :

Ribbit Capital
Thrive Capital
Andreessen Horowitz
Union Square Ventures
Creative Destruction Lab

Recherche :

Breakthrough Initiatives

ONG :

Women's World Banking
Mercy Corps
Kiva

Articles et vidéos relatifs consultés :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Libra_(cryptomonnaie)
https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/projet-libra-ce-que-les-entreprises-partenaires-de-facebook-en-attendent-1030113
http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/le-congres-americain-demande-a-facebook-de-mettre-son-projet-de-monnaie-libra-en-pause-20190703
https://www.parismatch.com/Actu/Economie/Libra-l-avenement-d-une-monnaie-privee-1635310
https://youtu.be/L48R6Skt2aU
https://youtu.be/oHITQ4ggucU
https://youtu.be/V0kKiBkRNuc